Welcome to Hyperion Records, an independent British classical label devoted to presenting high-quality recordings of music of all styles and from all periods from the twelfth century to the twenty-first.

Hyperion offers both CDs, and downloads in a number of formats. The site is also available in several languages.

Please use the dropdown buttons to set your preferred options, or use the checkbox to accept the defaults.

The Hyperion French Song Edition

Gabriel Fauré (1845-1924)

The Complete Songs, Vol. 3 – Chanson d'amour

Graham Johnson (piano)
Recording details: August 2004
All Saints' Church, East Finchley, London, United Kingdom
Release date: July 2005
Total duration: 70 minutes 22 seconds
 
1
Puisque j'ai mis ma lèvre  [3'10]

John Mark Ainsley (tenor)
2
3
4
5
6
Toujours  Vous me demandez de me taire  [1'19]
7
Adieu  Comme tout meurt vite, la rose déclose  [2'03]
8
9
Notre amour Op 23 No 2  [1'52]

Dame Felicity Lott (soprano)
10
11
12
13
Shylock Op 57  [15'33]
14
15
Entr'acte  [3'20]

Ronan O'Hora (piano)
16
17
Épithalame  [3'01]

Ronan O'Hora (piano)
18
Nocturne  [2'09]

Ronan O'Hora (piano)
19
Final  [3'14]

Ronan O'Hora (piano)
20
21
Une sainte en son auréole  [2'14]
22
Puisque l'aube grandit  [1'52]
23
La lune blanche  [2'07]
24
J'allais par des chemins perfides  [1'44]
25
J'ai presque peur, en vérité  [2'13]
26
Avant que tu ne t'en ailles  [2'46]
27
Donc, ce sera par un clair jour d'été  [2'27]
28
N'est-ce pas?  [2'26]
29
L'hiver a cessé  [2'57]
30
31

This third instalment in our series encompassing all Fauré’s songs takes its title from the famous Silvestre setting Chanson d’amour and guides the listener on a journey through the panoply of human emotion. Alongside finely chiselled miniatures we have the early cycle Poème d’un jour (to poetry by Grandmougin), the suite from the Shakespeare/Haraucourt drama Shylock (which includes some notable rarities in the form of two-piano arrangements made with Fauré’s blessing by the composer Léon Boëllmann), and what is surely the apotheosis of the mélodie genre: La bonne chanson.

As with preceding volumes, Graham Johnson has employed a range of artists—the very finest interpreters of French song that could be found. Generous commentaries are provided for each song along with the original poems and English translations.

Reviews

'Recording and presentation are the stuff of dreams. Hyperion has done Fauré proud' (Gramophone)

'The songs certainly show Fauré to possess a far wider expressive range than an acquaintance with just a handful of his best-known examples would suggest … the gem of the set has to be Christopher Maltman's traversal of the substantial cycle La bonne chanson. The baritone's rich, subtly shaded tone and alert sensitivity to text prove ideal in this perfectly judged performance' (BBC Music Magazine)

'No other disc, I imagine, has ever managed to be quite so scholarly and quite so erotic at the same time' (The Guardian)

Other recommended albums

Fauré: The Complete Songs, Vol. 2 – Un paysage choisi
CDA67334
Fauré: The Complete Songs, Vol. 1 – Au bord de l'eau
CDA67333
Purcell: The Complete Odes & Welcome Songs
CDS44031/88CDs Boxed set (at a special price)
Purcell: The Complete Sacred Music
CDS44141/5111CDs Boxed set (at a special price)
Purcell: The complete secular solo songs
CDS44161/33CDs Boxed set (at a special price)
The Hyperion French Song Edition has already issued single-disc selections of mélodies by Georges Bizet and Camille Saint-Saëns as well as double albums of selected songs by Charles Gounod and Reynaldo Hahn. The first composer to have an intégrale in this edition was Henri Duparc; this was followed by Déodat de Séverac and Louis Durey (both on single discs). Double-album sets of the complete songs of Ernest Chausson and Emmanuel Chabrier then appeared.

The complete Fauré songs require four CDs, and the question arises as how best to programme them. One has to weigh the undeniable intellectual satisfaction of chronology, hearing each song as it passes by in its correct sequence, with the more relaxed pleasure of listening to a well-chosen group of songs – with texts that are juxtaposed for a deeper reason than chronological happenstance. Our aim here is to provide repertoire diversity while retaining chronology within each individual disc issue. The third volume of the Hyperion intégrale is Chanson d’amour – the phrase is taken from the Silvestre song of the same name. This is a very broad title of course, and the disc encompasses many different kinds of amorous music; in this procession of songs we hear the full range of emotional engagement, from light-hearted frivolity to the intensity of love at its most radiantly idealistic. On most occasions the composer matches the poet beautifully, although Hymne is perhaps an example of Fauré not being ready to express the full weight of Baudelaire’s text. Puisque j’ai mis ma lèvre and Tristesse d’Olympio are what we would expect from an impressionable teenager, albeit a mightily gifted one. The light-weight gallantry of Sylvie is a perfect reflection of its poet’s caprice, although Nell is a rather deeper example of a name-specific valentine. The Poème d’un jour inhabits the passionate (and cynical) world of the belle époque with passion worn lightly – the whole episode is worthy of Colette’s Gigi. These are among the few Fauré songs which suggest Paris as their locale, although their poet hails from the Franche-Comté. The lover’s final ‘Adieu!’ is tinged only with the mildest regret; the vehement reaction to the end of a relationship of Fleur jetée could not be more different. Notre amour is a typical Fauré song – seemingly straightforward but containing various shades of meaning; this is music that in the hands of different performers can suggest voluble flightiness or sincere commitment. There is no such ambivalence in Le secret and Les présents which open a door on to the elevated style of the composer’s third period. The madrigal style of Chanson d’amour is rediscovered in Fauré’s incidental music for Haraucourt’s Shakespearean adaption Shylock; the composer weaves a quasi-sixteenth-century spell in love music that stretches from suppressed comedy (Madrigal) to the sumptuous, and heart-felt, music for Épithalame and Nocturne (arranged for piano duet with the composer’s blessing). Another piece of stage music, and not to be taken too seriously, is the Sérénade from Molière’s Le bourgeois gentilhomme. All these melodies have been leading to the cycle that is surely the apotheosis of the love song as far as the French mélodie is concerned – La bonne chanson. Here the composer more than matches the rapturous earnestness of Verlaine’s words. This is the best-known of all Fauré’s song cycles and it represents an important peak in his career before he went on to musical pastures new. By way of reflective postlude the disc concludes with two love songs from the composer’s third period: Le ramier, and Le don silencieux.

Each of the four instalments of the series charts Fauré’s progress from youth to old age from a different angle, and with different repertoire. The theme of the first volume was Au bord de l’eau, both the title of a famous mélodie, and a reminder of how fascinated Fauré was with aquatic and nautical subjects; Un paysage choisi takes the listener back (mostly) to dry land in all its astonishing diversity. The two subsequent recitals will be arranged under similarly broad themes that will take the listener chronologically through the composer’s songs, each programme containing examples of the three styles that, very broadly speaking, characterize this songwriter: the young salon charmer, the mature master with a tendency to ever-deepening musical experiments, and the inscrutable sage whose music remains as challenging as any written in the twentieth century. Taken together these discs will comprise an intégrale of the composer’s mélodies. It is the breadth of these journeys, and the variegated terrain through which they pass, that underlines the greatness of this particular composer and his genius for continual metamorphosis.

Graham Johnson © 2005

L’Hyperion French Song Edition a déjà publié des florilèges de mélodies de Georges Bizet et de Camille Saint-Saëns (disques simples), de Charles Gounod et de Reynaldo Hahn (doubles albums). Premier compositeur à faire l’objet d’une intégrale dans cette édition, Henri Duparc fut bientôt rejoint par Déodat de Séverac et Louis Durey (disques simples). Vinrent ensuite les doubles albums de l’intégrale des mélodies d’Ernest Chausson et d’Emmanuel Chabrier.

L’intégrale des mélodies de Fauré requiert quatre CDs, et une question se pose: quelle programmation leur convient le mieux? Ni l’Hyperion Schubert Edition ni la Schumann Edition (presque cinquante disques à elles deux) n’ont tenté une approche chronologique, ces programmes de lieder ayant été publiés un par un. Aujourd’hui vielle de trente ans, l’intégrale entreprise par Ameling–Souzay–Baldwin pour EMI adoptait un nouvel ordre chronologique établi par Jean-Michel Nectoux, éminent spécialiste de Fauré. Avec ses cinq somptueux 33 tours, ce coffret offrait de fait neuf occasions de ponctuation musicale et mentale à quiconque envisageait d’écouter chez lui l’intégrale des mélodies de Fauré. Que la vie créative de ce dernier se subdivise en trois et non en quatre périodes ne nous aide pas vraiment. Dans un enregistrement respectant l’ordre chronologique, le premier CD (plus un quart du deuxième) serait consacré aux œuvres précoces du compositeur. Ces mélodies sont charmantes, toujours intéressantes, et même, en réalité, souvent bien plus que tout cela; mais les connaisseurs de Fauré pourraient les trouver par trop légères pour être entendues toutes en même temps, elles qui ne représentent pas le compositeur à son apogée. D’un autre côté, les cycles magistraux des années ultérieures (un autre CD un quart, peut-être) peuvent intimider le mélomane qui préfère un Fauré plus conventionnellement lyrique et accessible. Les mélodies les plus fréquemment données en récital nous amènent à explorer la période médiane, sachant qu’il ne serait même pas possible d’extrapoler le Fauré «populaire» sur un seul disque chronologique, pareille «liquidation des actifs» étant réduite à néant par la présence dominante de La bonne chanson.

Il nous faut mettre en balance l’indéniable satisfaction intellectuelle inhérente à la chronologie, qui nous fait entendre les mélodies dans le bon ordre, et le plaisir, plus décontracté, que procure l’écoute d’un ensemble de mélodies bien choisies—avec des textes justaposés pour une raison bien plus profonde qu’un simple hasard chronologique. Nous souhaitons que chaque disque de cette intégrale allie diversité du répertoire et respect de la chronologie. Le troisième volume de l’intégrale Hyperion emprunte son titre Chanson d’amour à la mélodie de Silvestre du même nom. Naturellement, c’est un titre fort large, et ce disque réunit bien des genres de musique d’amour en une procession de mélodies qui nous donne à entendre toute la gamme de l’engagement émotionnel, de la frivolité bon enfant à l’intensité de l’amour le plus radieusement idéaliste. La plupart du temps, le compositeur s’assortit admirablement au poète, même si Hymne nous montre peut-être un Fauré qui n’est pas prêt à donner toute la mesure du texte baudelairien. Puisque j’ai mis ma lèvre et Tristesse d’Olympio sont ce qu’on pouvait attendre d’un adolescent impressionnable, quoiqu’extrêmement doué. La galanterie légère de Sylvie reflète parfaitement le caprice du poète, même si Nell évoque avec plus de profondeur une bien-aimée expressément nommée. Le Poème d’un jour, qui appartient au monde ardent (et cynique) de la Belle Époque, avec une passion arborée tout en légèreté—l’épisode entier est digne du Gigi de Colette—, présente parmi les rares mélodies fauréennes à suggérer un cadre parisien, et ce malgré un auteur franc-comtois. L’«Adieu» final de l’amant ne frémit que du plus doux des regrets, aux antipodes de Fleur jetée et de sa réaction virulente à la fin d’une relation. Notre amour est une mélodie typiquement fauréenne, simple en apparence, mais riche de multiples nuances sémantiques—voilà une musique qui, selon les interprètes, peut suggérer l’insouciance volubile autant que l’engagement sincère. Pareille ambivalence n’existe ni dans Le secret, ni dans Les présents, qui ouvrent une porte sur le style élevé du Fauré troisième manière. Quant au style madrigalesque de Chanson d’amour, il se retrouve dans la musique de scène que Fauré écrivit pour Shylock, l’adaptation shakespearienne signée de Haraucourt; le compositeur jette presque un sort du XVIe siècle sur la musique d’amour, qui va de la comédie contenue (Madrigal) aux pages somptueuses, jaillies du cœur, d’Épithalame et de Nocturne (arrangée pour duo pianistique avec la bénédiction du compositeur). Autre musique de scène à ne pas prendre trop au sérieux: la Sérénade tirée du Bourgeois gentilhomme de Molière. Toutes ces œuvres ont débouché sur ce qui est assurément l’apothéose de la mélodie d’amour française: La bonne chanson, le plus célèbre des cycles fauréens, celui où le compositeur fait plus qu’égaler la profonde gravité des textes de Verlaine, celui aussi qui marque un important sommet dans la carrière d’un homme à la lisière de nouveaux horizons musicaux. En guise de postlude méditatif, ce disque s’achève sur deux chansons d’amour du Fauré troisième manière: Le ramier et Le don silencieux.

Chacun des quatre volets de cette série retrace l’évolution de Fauré, de sa jeunesse à sa vieillesse, sous un angle différent, avec un répertoire différent. Après le premier volume, qui avait pour thème Au bord de l’eau – titre d’une fameuse mélodie rappelant aussi combien Fauré était fasciné par les sujets aquatiques et nautiques –, Un paysage choisi ramène l’auditeur (essentiellement) sur la terre ferme, dans toute sa diversité stupéfiante. Les deux derniers récitals seront conçus autour de thématiques tout aussi vastes, qui entraîneront l’auditeur dans un voyage chronologique à travers les mélodies de Fauré, chaque programme réunissant des échantillons des trois styles caractéristiques de ce mélodiste: le jeune charmeur de salons, le maître parvenu à maturité – avec sa tendance aux expérimentations musicales toujours plus approfondies – et le sage insondable dont la musique demeure l’un des plus grands défis du XXe siècle. Chacun des quatre volets de la série retracera donc la progression de Fauré, de sa jeunesse à sa vieillesse, mais en adoptant un angle, un répertoire différents. Ensemble, ils constitueront une intégrale des mélodies de Fauré, offrant des itinéraires dont l’ampleur, mais aussi la variété des terrains parcourus, soulignent et la grandeur de ce compositeur et son génie pour une continuelle métamorphose.

Graham Johnson © 2005
Français: Hypérion

Other albums in this series

Search

There are no matching records. Please try again.